En marge du confinement (4)

Mardi après-midi, accueil des enfants du personnel soignant à l’école comme depuis de nombreuses semaines, les vacances ne bousculent pas ce rythme.

C’est à vélo que j’irai à l’école. La Voie Verte porte bien son nom : du vert sur les abords, du vert dans les branches. Ça souffle incroyable. Sur mon vieux biclou, j’ai du mal à avancer, il n’offre plus tous ses plateaux, encore moins ses pignons. Il hoquette et grince. Il faut que je le ménage.

On bricolera cet après-midi. Pas de travail scolaire, pas de révisions. C’est une relâche bien méritée.

Nous construirons des marionnettes ! Et je chanterai. Et les enfants riront.
Non pas construites avec de la ficelle et du papier, mais des chaussettes. Elles sont tout de même jolies, les mignonnettes.

Au retour, le vent souffle toujours comme un fou.
« Le vent d’hiver souffle en avril »… Tu me crois si je te dis que des marionnettes je suis passée aux mots bleus ?

Un Commentaire

  1. Elles ont l’air affamé ces marionnettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.